Le premier Téléthon de l’écologie au Danemark a été un immense succès

4 décembre 1987, les auditeurs français découvrent le premier épisode du Téléthon sur leurs petits écrans. Depuis, l’émission caritative, visant à soutenir la recherche sur différentes maladies génétiques et neuromusculaires, est devenue un véritable rendez-vous annuel. A tel point qu’elle est aujourd’hui la plus grosse collecte populaire au monde. Un concept que le Danemark a décidé d’importer. Mais avec pour but, cette fois, de financer la lutte contre le réchauffement climatique.

Un véritable succès

Diffusée samedi dernier, le show qui avait lieu dans un parc de loisir en plein air non loin de la capitale, Copenhague, a réuni de nombreux danois devant leurs télévisions. L’objectif de la soirée était clair : réunir assez d’argent pour planter 1 million d’arbre dans le pays scandinave. Certes, l’objectif originel de 20 millions de couronnes équivalentes à environ 2,7 millions d’euros n’a pas été atteint. Mais les 2,4 millions d’euros obtenus permettront de planter 914 233 arbres. Compte tenu des propriétés incroyables des arbres en matière de stockage du CO2
, cette reforestation massive ne peut être que saluée.

D’autre part, 20% des dons seront dédiés à la protection des forêts danoises et à l’étranger. Un immense succès donc pour une première édition qui, on l’espère, aura des petits frères et soeurs aux quatres coins de la planète.

« Un million d’arbres, à l’échelle mondiale, ce n’est pas beaucoup mais l’idée est que les gens prennent conscience de ce qu’ils peuvent faire »

Kim Nielsen, directeur de « Growing Trees Network », fondation qui participe au projet

Le Danemark, pionnier de la transition écologique

83% des danois estiment que le changement climatique est “un problème très sérieux” selon une enquête des institutions européennes diffusée en avril. Mais la prise de conscience du royaume ne date pas d’hier. En 1979, pour faire face à l’augmentation du prix du pétrole et anticiper la transition énergétique, le gouvernement danois décide d’ investir massivement dans les éoliennes. Un pari sur l’avenir qui paye aujourd’hui puisque désormais 40% de l’électricité danoise est d’origine éolienne. Une véritable prouesse quand on sait qu’il y a 50 ans, 90% de cette électricité était issue de l’exploitation pétrolière.

De plus, le Danemark sait innover pour instaurer la durabilité. Ainsi, les déchets agricoles tels que la paille ou le fumier sont récupérés pour être convertis en biocarburants. Un recyclage qui alimente aujourd’hui deux tiers de la production d’énergies renouvelables du territoire. Autre système de recyclage novateur : la récupération de la chaleur émise par les usines et les transports pour la redistribuer aux foyers danois. Deux tiers des immeubles danois bénéficient dorénavant de ce transfert d’énergie.

Une performance possible grâce à la réduction de moitié de la consommation d’énergie des immeubles danois par rapport à il y a 50 ans. Des progrès impressionnants qui mettent le Danemark sur la route de la réussite vers son objectif de présenter un bilan carbone neutre d’ici 2050.

Enfin, entre 1990 et 2015, les émissions de carbone du pays ont chuté de 36%. Mais dans le même temps, le PIB du Danemark a doublé ! Qui a dit que transition écologique et croissance économique n’était pas compatible ?

Tillykke !!

“Félicitations” en danois