Pollution Numérique S1 EP2 : le poids des équipements numériques

montre connectée

Le numérique pollue. C’est un fait reconnu et son impact environnemental est loin d’être négligeable. Pourtant les usages des internautes peinent à évoluer. Le meilleur moyen de faire bouger les choses et de fournir un maximum de données pour que chacun puisse agir à son échelle. Montres et autres enceintes connectées se multiplient, mais quelle est la pollution numérique des équipements ?

Dans un précédent article, nous vous présentions les chiffres clés de la pollution numérique. Voici les nouveaux chiffres et les prévisions concernant l’ampleur de la pollution numérique due aux équipements dans les prochaines années.

Ils sont là, dans les campagnes, dans les villes…

 

foule sur son téléphone en attendant le métro

 

Le nombre d’équipements numériques ne fait que s’accroître chaque année. Smartphones, ordinateurs, tablettes, ou encore montres connectées… le digital est partout ! Et malgré sa démocratisation et son impact positif pour désenclaver certains territoires, la pollution numérique s’accroît elle aussi logiquement.
 

En 2019, on compte 34 milliards d’équipements qui se divisent ainsi :

  • 3,5 milliards de smartphones
  • 3,8 milliards d’autres téléphones
  • 3,1 milliards de dispositifs d’affichages (télévisions, d’ordinateurs…)
  • 19 milliards d’objets connectés (enceintes, domotique connectée…)

4,1 milliards de personnes se partagent ces équipements numériques soit une moyenne de 8 équipements par utilisateur !
 

Une expansion phénoménale


 

Compte tenu du rythme de croissance observé depuis 2010, le nombre d’équipements aura quintuplé entre 2010 et 2025. Par exemple, il y avait 1 milliard d’objets connectés en 2010, il devrait en avoir 48 milliards seulement 15 ans après…
Une accumulation des équipement qui pèse lourd., dans tous les sens du terme. En 2019, la masse de l’univers numérique est de 223 millions de tonnes. Cela correspond à 179 millions de voitures de 1,3 tonne soit 5 fois l’ensemble du parc automobile français !

Et un poids aussi compte tenu de l’impact du numérique sur l’environnement. Ainsi en 2010, la part de responsabilité des équipements dans la e-pollution était de 1%. En 2025, elle sera de 23%. La faute aux métaux rares nécessaires pour fabriquer ses équipements tels que le coltan et le cobalt. Sans parler des conflits que l’extraction de ces matériaux peut engendrer…

Enfin, une information importante à savoir avant de faire sa liste au Père Noël : avant d’arriver sous le sapin, un smartphone aura fait 4 fois le tour du monde. Et quand on sait que 88% des français achètent un nouveau smartphone alors que le leur fonctionne encore, la pollution digitale liée ne fait que s’envoler.

Alors si vous avez besoin de renouveler vos équipements informatiques sans vouloir trop alourdir le bilan carbone de la pollution numérique, faîtes un tour sur BackMarket !

Découvrez le premier épisode de notre série sur la pollution numérique de Netflix !