Il neige du plastique dans les Alpes et en Arctique!

C’est la deuxième fois cette année que les scientifiques trouvent des particules de plastique dans la pluie ou la neige de zones pourtant abritées des activités humaines.

Des particules de plastique tombées du ciel.

Ce sont des particules mesurant moins de 5 millimètres de longueurs qu’ont trouvées des scientifiques de l’institut allemand et suisse de recherche sur la neige et les avalanches.
Le plastique qui se retrouve dans nos océans se déplace aussi dans les rivières, les courants marins. Se pose alors la question de l’évaporation de l’eau entrainant sur son chemin les microplastiques. En effet, ces micro-particules peuvent être transportées dans l’atmosphère, et sur de grandes distances.

Une étude approfondie!

Bien que la présence de microparticules de plastique soit localisée dans des régions peu peuplées et où l’activité humaine est faible, elles se trouvent aussi sur les continents. Entre 2015 et 2017, des études poussées ont été réalisées par Mme Bergmann et ses collègues. Après études des présences de micro-plastiques sur la glace flottante du Groenland, comparées à des échantillons des Alpes, la conclusion était sans appel : la concentration de microparticule, bien que présente en Arctique (et de manière importante), reste plus faible que sur le continent européens.

Un danger sanitaire?

Suite à cette découverte, de nombreuses questions sanitaires se posent. Premièrement, toutes ces microparticules de plastique, qui sont dues à l’action des vagues et aux rayons ultraviolets du soleil, se retrouvent transportées partout. Les animaux et les humains sont donc exposés à ces particules sous des formes invisibles à l’oeil nu.
Et deuxièmement, si ces particules peuvent être transportées dans l’atmosphère, pouvons-nous les inhaler ? Une question effrayante qui ne détient aucune réponse pour le moment.