Métaux Rares : Acteurs De La Pollution

Avec la transition énergétique, certains métaux rares sont devenus indispensable à notre nouveau mode de consommation. Or, leur extraction s’accélère et devient nocive pour la planète : leur disponibilité n’est plus assurée. Ainsi, en devenant indépendant des hydrocarbures, nous devons nous préparer à une dépendance accrue aux métaux.

Quels sont ces métaux rares ?

D’après le Grand Continent, il faut tout d’abord différencier les métaux abondants (fer, plomb, zinc…) et les rares (le tungstène, le graphite ou l’indium) de la croûte terrestre

Ces-derniers ont 3 caractéristiques qui les différencient des métaux abondants :

  • Leurs quantités sont bien moindres.

Par exemple, le sol recèle 1 200 fois moins de néodyme et 2 650 fois moins de gallium que de fer. Ça vous donne un ratio de la proportion du sol entre métaux abondants et métaux rares.

  • Leurs marchés réduits.

On produit 130 000 tonnes de terres rares par an contre 2 milliards de fer, soit 15 000 fois moins.

  • Leurs prix sont élevés.

1 kilogramme de gallium vaut 150 dollars, c’est-à-dire 9 000 fois plus que le fer.

Où sont-ils utilisés ?

Aujourd’hui, les métaux rares sont utilisés dans les « green tech » et le numérique. Ainsi, on les retrouve dans les batteries et les véhicules électriques, les énergies renouvelables (éoliennes, panneaux photovoltaïques), l’aéronautique, la métallurgie, la chimie et les engrais, l’électronique et les télécoms.

Pour vous donner une idée, d’après Christian Thomas, le fondateur de Terra Nova Développement, les équipements électroniques consomment 60 % du l’indium.

Les limites des métaux rares

95% des terres rares sont produites en Chine

Depuis les années 1980, la Chine a le monopole d’exploitation des métaux rares (95% du marché mondial). Les pays Européens ont ainsi abandonné leurs productions car elles étaient trop polluantes. Aujourd’hui, le monde est complètement dépendant de la Chine pour toutes les productions faites à partir de métaux rares.

Le raffinage et l’extraction de ces métaux sont extrêmement polluants. En effet, leur quantité dans la croûte terrestre est si faible, qu’il faut une grande quantité de caillasse et d’eau pour les récupérer. De plus, le recyclage de certaines « green tech » est difficile tel que les smartphones ou les panneaux photovoltaïques.

Que Faire ?

Des gestes simples permettent de réduire ces extractions. Vous pouvez lutter contre l’obsolescence programmée. Il vaut mieux réparer son matériel que le racheter. Ainsi, vous espacerez l’achat de nouvelles technologies construites à partir de métaux rares. Vous pouvez aussi vider votre boîte mail de tous les courriers inutiles et déjà lus et d’autres spams avec un outil comme l’application iOs et Android Cleanfox. Ce sont autant de données qui ne resteront pas stockées inutilement durant plusieurs années sur des serveurs à l’autre bout du monde et donc autant d’énergie économisée.

 

A lire également :

Comment réaliser des économies d’énergie au quotidien ?

Les Gestes à Adopter Contre La Pollution Numérique

Sources :

https://legrandcontinent.eu/2018/01/13/lempire-des-metaux-rares/

https://www.usinenouvelle.com/article/alerte-sur-les-metaux-critiques.N711369

https://reporterre.net/Les-metaux-rares-le-visage-sale-des-technologies-vertes

Guillaume Pitron, La guerre des métaux rares. La face cachée de la transition énergétique et numérique, Ed : Les Liens Qui Libèrent