10 Chiffres Effrayants Sur La Pollution Digitale

La pollution digitale, vous n’en avez probablement jamais entendu parler et pourtant elle est responsable d’une importante partie des émissions de CO2 de la planète. On vous a surement appris à ne jamais laisser la lumière d’une pièce inutilisée allumée lorsque vous étiez petit. Mais vous a-t-on déjà appris à supprimer les emails dont vous n’avez pas besoin pour ne pas gâcher d’énergie ? Probablement pas !  Et pourtant supprimer 30 emails équivaut à économiser 24h de consommation d’une ampoule ! Les chiffres autour la pollution numériques sont effrayants.

Il ne faut pas sous-estimer la pollution numérique comme vous allez le voir en lisant les chiffres suivants :

    1. 10% : part de l’électricité consommée par les data centers en France. Un data center est un centre de traitement de données, c’est le lieu physique où sont stockés les serveurs.
    2. 2019 : année où le Net polluera plus que l’aviation civile.
    3. 2% : part des émissions de CO2 imputable à la pollution numérique. Dans quatre ans ce chiffre devrait doubler.
    4. 7g : émission de CO2 produite par une recherche Google
    5. 30 emails supprimés : cela équivaut à la consommation d’une ampoule allumée pendant 24h.
    6. 60% : pourcentage des emails jamais ouverts.
    7. 33 : nombre d’emails envoyés en moyenne par jour par un salarié d’une entreprise de moins de 100 personnes en France. Soit l’équivalent en émissions de CO2 de 1 000 km parcourus en voiture.
    8. 19 g : émission CO2 d’un email avec une pièce-jointe d’un méga octet.
    9. 10 milliards : nombre d’emails envoyés toutes les heures. L’équivalent de 4 000 tonnes depétrole ou de la production de 15 centrales nucléaires en une heure
    10. 126 813 600 000 : nombre de bouteilles d’un litre de CO2 émises par heure à cause des emails. Je vous mets au défi de prononcer ce chiffre hallucinant en moins de 5secondes !

Heureusement des gestes simples existent pour lutter contre l’impact écologique d’Internet. Greenpeace a d’ailleurs publié en 2015 un rapport intitulé “Clicking Clean” qui présente les initiatives et gestes à adopter pour rendre l’Internet moins polluant et essayer de réduire les émissions CO2 qu’il génère.