Cleanfox

Pollution numérique : mails et émissions de CO2.

Internet pollue. C’est un fait. Mais comment peut on en arriver à cette conclusion. Comment une recherche Google peut elle émettre 7g de CO2 ? Comment un mail avec une pièce jointe peut, lui, émettre 19g de CO2 ? (ConsoGlobe)

Nous avons décidé de nous concentrer sur la pollution des mails, ou plus précisément sur la pollution causée par l’émission et le stockage des mails et leurs effets sur l’environnement.

Un envoi de mail provoque une émission de CO2. Une fois arrivé chez son destinataire ce mail fera sûrement parti des 90% des mails non lus qui resteront dans la boîte de réception. Mais ce stockage émet aussi du CO2, plus précisément 10g pour un an de stockage en moyenne pour un mail.

Un stockage polluant auprès d’un serveur que l’on appelle data center.

 

Les datas centers (centre de données).

Un data center c’est un lieu dans lequel on peut trouver de grandes armoires contenant des serveurs où sont organisées, traitées, stockées et entretenues des données. On y trouve aussi des systèmes de refroidissement et d’alimentation électrique.

Les data centers fonctionnent 24h sur 24 7j sur 7, sans aucune interruption et sont donc énergivores. Ils consomment beaucoup d’électricité à cause de la concentration des équipements, le système de distribution d’énergie, les réserves d’énergies, une connexion internet puissante, des générateurs, la ventilation et le refroidissement à prévoir. A savoir que 40% de la consommation électrique des datas centers est utilisée uniquement pour le refroidissement de ceux-ci (Planetoscope).

Il faut aussi prendre en compte que lorsque vous envoyez un mail, que vous partagez des photos ou publiez des articles, les datas centers vont doubler ces informations afin de les garder dans deux serveurs différents pour plus de sécurité. Si l’un des serveurs tombe en panne ou grille, alors les informations qui y étaient stockées ne sont pas perdues car elles sont été doublées dans un autre serveur.

En France, ils représentent 10% de la consommation d’électricité globale du pays. Vous pouvez donc vous en douter, les datas centers polluent énormément : 2% des émissions de CO2 à l’échelle mondiale, soit autant que l’aviation civile (Le Parisien).

 

Quelques chiffres pour illustrer notre impact numérique.

Nous avons décidé de vous fournir certains chiffres et leurs équivalences, ce qui permet de mieux comprendre et visualiser notre impact sur l’environnement lorsqu’on utilise internet.

  • 1 mail c’est 10g de CO2, soit une ampoule basse consommation pendant 1 heure. (20minutes)
  • 1 data center de 10 000 m² consomme autant qu’une ville de 50 000 habitants (ActuEnvironnement)
  • 1 arbre c’est 5kg de CO2 absorbé par an (Bionoor)
  • 1 tonne de CO2 c’est 1 an de chauffage d’un appartement 3 pièces ; 14 000km de voiture ; 20 aller-retours Paris Londres en avion, 1 aller-retour Paris New-York (Greenit)
  • 1 internaute c’est 1000 requêtes par an, soit 287 000 tonnes de CO2 ou l’équivalent de 1,5 million de km parcourus en voiture. (Ademe)

 

Mais du coup, quel impact pour nos mails ?

Il est donc important de réduire sa consommation et d’améliorer son utilisation d’internet, en commençant tout simplement par trier ses mails afin de réduire sa pollution numérique, parce que figurez-vous que oui une boite mail nettoyée ça a un impact positif sur l’environnement.

En moyenne 240 millions d’emails sont envoyés par minute dans le monde. Une boîte mail peut bien sur varier entre chaque personne, mais en général sans faire de tri, un internaute n’ouvre que 10% de ses mails.

Et en France, un collaborateur va recevoir 58 courriels et en envoyer 33 par jour. (Publicom) Il va donc émettre près de 900g de CO2 en une journée, sans compter les différences de pollution entre les différents mails.

 

Mais si ces mails étaient nettoyés, les émissions de CO2 seraient visiblement réduites. Il faut savoir que 500 mails supprimés, c’est un arbre de sauvé, et avec Cleanfox, qui vous permet de nettoyer votre boite mail des newsletters, vous pouvez aussi en planter.

Commencer par supprimer des vieux mails, penser à se désabonner de newsletter intrusives, se sont des petits choix avec un grand impact sur l’environnement.
Et si vous souhaitez apprendre à protéger votre environnement, il suffit de découvrir d’autres solutions, comme des applications ou des navigateurs spéciaux.